Une formation en électronique analogique est lancée

Mercredi, 20 Novembre, 2013 - 00:00

Le Centre d’innovation en microélectronique du Québec (CIMEQ) a annoncé, mercredi, la mise sur pied d’un programme visant à former des technologues en électronique à même le Collège Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse, dans les Laurentides.

Ce dernier a été implanté en collaboration avec l’École de technologie supérieure (ÉTS) et le Collège Lionel-Groulx dans le but d’inciter les étudiants à se diriger vers la formation analogique.

«Essentiellement, nous voulons que le programme nommé Activités Préparatoires pour la Recherche et l’Innovation (APRI) puisse amener les étudiants dans ce domaine puisqu’il y manque plusieurs travailleurs», a expliqué François Verdy-Goyette, du CIMEQ.

Ce dernier était accompagné, entre autres, de Nicolas G. Constantin, de l’ÉTS, et Michel-Louis Beauchamp, du collège.

Ce programme d’Échanges et Formation continue du cégep à l’ÉTS, d’une durée de trois ans, permettra aux étudiants de bénéficier d’outils afin d’atteindre l’excellence en matière d’électronique analogique.

Ces derniers verront leur transition des études collégiales aux études supérieures se faire plus facilement.

«Nous allons former les étudiants qui ont montré de l’intérêt pour cette discipline et créerons des activités afin de leur permettre d’y investir du temps. Ce sera très bon pour leur cheminement», a ajouté M. Verdy-Goyette.

Dans les dernières années, le CIMEQ a notamment cumulé les connaissances techniques et acquis une vaste expérience dans ce secteur.

Une formation importante

Cette formation spécialisée est rendue possible grâce à une collaboration entre le Dr Nicolas G. Constantin, professeur à l’ÉTS, Michel Guidon, chercheur au CIMEQ ainsi que Gilles Deschênes, enseignant et coordonnateur du département de technologies des systèmes ordinés au Collège Lionel-Groulx.

Les modules de ce nouveau programme offriront un cadre de formation plus efficace afin de préparer les étudiants en vue de stages, d’une durée de six à douze mois, et créeront un impact direct sur la compétitivité des stagiaires au sein des entreprises participantes.

«Nous avons pris conscience de l'importance de cette formation pour le développement d’un étudiant et de son potentiel dans l’industrie», a conclu Michel-Louis Beauchamp.

Tiré de l'article de Simon Servant dans le Journal de Montréal

Voir l'article sur le site du Collège Lionel-Groulx